09/09/2008

Anatomie : un site bien illustré

www.visiblebody.com

visible body

17:41 Écrit par Dr CD dans Anatomie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : iconographie |  Facebook |

09/08/2008

Anatomie du tube digestif

Le Tube digestif

Le tube digestif est un long conduit de 10 à 12 mètres composé de muscles et de membranes. Il s’étend de l'entré de la bouche à l’anus et compte sept segments: la bouche, le pharynx, l’oesophage, l’estomac, l’intestin grêle, le gros intestin et l’anus.
Au niveau des tissus, le tube digestif se compose de quatre couches:

- la couche muqueuse (couche la plus interne),

- la couche sous-muqueuse qui est conjonctive,

- la couche musculaire

- et la couche séreuse (couche externe) formée par le péritoine.

 

Cavité buccale

 

La cavité buccale occupe la partie inférieure de la face.
Elle est composée
- des lèvres,
- de la langue,
- du palais;
- du voile du palais prolongé par la luette ;
- des joues ;

- des piliers du voile du palais sur les côtés. De chaque côté, le pilier antérieur et le pilier postérieur délimitent la fosse amygdalienne.

 

Dents

 

Les dents sont au nombre de 32 chez l’adulte.

Sur chaque mâchoire, elles se répartissent en:
- 4 incisives qui coupent,
- 2 canines qui déchirent,
- 4 prémolaires qui écrasent,
- 6 molaires qui broient.

 

Langue

 

La langue est une masse musculaire. Elle a une forme triangulaire et présente une base et une pointe.
Près de la base, quelques grosses papilles sont disposées selon un V, le V lingual.
Sa muqueuse montre de nombreuses papilles qui participe à l’organe des sens qu’est la gustation.

 

Pharynx

 

Le pharynx est le carrefour aéro-digestif. C'est un conduit faisant communiquer les fosses nasales et le larynx d'une part, la cavité buccale et l'oesophage d'autre part. C'est le carrefour

des voies aériennes et digestives qui se croisent à ce niveau établissant les relations nez/poumons et bouche/estomac

et aux trompes d'Eustache en liaison directe avec l'oreille moyenne.

Il conduit les aliments de en direction de l'estomac qui le prolonge.

Il est constitué d'une muqueuse reposant sur une musculeuse et compte trois étages :
- le rhino-pharynx, étage supérieur en arrière des fosses nasales où s'ouvrent les choanes, ainsi que les trompes d'Eustache qui communiquent avec l'oreille moyenne,
- l'oropharynx, étage moyen communiquant avec la bouche
- l'hypopharynx, étage inférieur communiquant avec l'oesophage et présentant la partie supérieure de du larynx.

 

L’œsophage

 

Il s’étend du pharynx à l’estomac. Il mesure environ 25 cm pour un diamètre de deux à trois centimètres jusqu’à son extrémité inférieure, appelée cardia, où il s’abouche avec l’estomac.
Il descend entre la colonne vertébrale et la trachée, d’abord au cou, puis dans le médiastin postérieur. Il traverse ensuite le diaphragme (“hiatus oesophagien”) pour arriver dans l’estomac.
En amont, du cardia, l'oesophage est un sphincter physiologique, appelé “sphincter oesophagien inférieur” qui lui sert de clapet anti retour empêchant le bol alimentaire de remonter lors des contractions de l'estomac pour se vider dans l'intestin grêle..

Estomac

 

L’estomac est une poche dilatée, en forme de cornemuse. Il est situé dans la partie supérieure de la cavité abdominale, sous le foie et le diaphragme, au-dessus du côlon transverse.
Il présente deux extrémités, la supérieure ou cardia et l’inférieure ou pylore, toutes deux munies de sphincters.
L’estomac est vascularisé directement ou indirectement par le tronc coeliaque (branche de l’aorte).
Les veines suivent les artères pour aboutir, soit dans la veine porte, soit dans la veine mésentérique supérieure.

 

Duodénum

 

La première portion de l’intestin grêle est fixe, accolée par le péritoine aux plans postérieurs et aux autres organes digestifs. C’est le duodénum. L’autre, portion, mobile, est enveloppée dans un repli péritonéal particulier appelé mésentère. C’est le jéjuno-iléon.

Le duodénum fait suite à l’estomac. Il commence au pylore et se termine duodéno-jéjunal. Sa longueur est de 25cm, il est adhère à la paroi abdominale postérieure et il a la forme d'un cadre presque complet moulant le contour de la tête du pancréas dont il est solidaire. On lui décrit quatre portions:
- le premier duodénum ou D1, dirigé transversalement à droite. Cette portion commence par une dilatation, le bulbe, qui présente à la radiographie une image triangulaire;
- le deuxième duodénum ou D2, descend verticalement, puis se coude pour se continuer par la portion suivante. Il reçoit l’abouchement conjoint du canal excréteur du pancréas (canal de Wirsung) et du canal cholédoque constituant une partie des voies biliaires;
- le troisième duodénum ou D3, dirigé transversalement de droite à gauche, au devant de la colonne et des gros vaisseaux. Peu après avoir passé la ligne médiane, il se coude pour se continuer par la quatrième portion;
- le quatrième duodénum ou D4, remonte en haut et à droite et se termine par un angle ouvert en bas, l’angle duodéno-jéjunal.

Jéjunum et iléon

 

Le jéjuno-iléon s’étend de l’angle duodéno-jéjunal à la valvule iléo-caecale.

Il est constitué les anses grêles proprement dites, qui remplissent la majeure partie de l’étage inférieur de la cavité abdominale.

Sa longueur totale est d’environ 6 mètres. Il est replié à l'intérieur de la cavité abdominale où il décrit une série de fluctuosités, les anses intestinales. On lui distingue deux parties:
- le jéjunum ou partie proximale,
- l’iléon ou partie distale.

Le jéjuno-iléon est lui aussi caractérisé par la présence de valvules conniventes sur sa face interne. Il est relié au péritoine postérieur par un repli très large, le mésentère, dans lequel se trouvent:
- l’artère mésentérique supérieure, née de l’aorte abdominale et distribuant le sang artériel aux capillaires de paroi et notamment ceux de la muqueuse;
- la veine mésentérique supérieure qui draine l’intestin grêle. Elle se jette dans la veine porte qui va vers le foie
- des canaux lymphatiques drainés par le canal thoracique

 

Le gros intestin

 

Le gros intestin fait suite à l'intestin grêle et se termine à l'anus. D'une longueur de 1,5 mètre environ et d'un diamètre de 3 à 8 centimètres, il décrit un cadre à la périphérie de la cavité abdominale.
Son aspect est différent de celui du grêle, à cause de la présence de trois bandelettes musculaires longitudinales qui le ramassent sur lui-même en créant des bosselures séparées par des sillons transversaux.

On lui distingue plusieurs segments:
- le caecum est la portion initiale, dans laquelle aboutit le grêle. C’est un cul-de-sac situé dans la fosse iliaque droite. L’abouchement de l’intestin grêle dans le caecum présente un sphincter, la valvule iléo-caecale ou valvule de Bauhin,
- l’appendice iléo-caecal se détache du caecum. C’est un segment de gros intestin resté à l’état embryonnaire,
- le côlon s’étend du caecum au rectum. En considérant les différents changements de direction qu’il effectue, on parle:

-         de côlon ascendant qui est fixe, montant verticalement du caecum jusqu’à la face inférieure du foie ;

-         de côlon tranverse, qui est mobile, dirigé transversalement de droite à gauche et légèrement de bas en haut, jusqu’au dessous de la rate;

-         de côlon descendant qui descend verticalement jusqu’à un plan horizontal qui correspond à la partie la plus élevée de la crête iliaque;

-         de côlon sigmoïde qui descend verticalement jusqu’à croiser le muscle psoas gauche pour se continuer dans le rectum au niveau de la troisième vertèbre sacrée.

-         le rectum fait suite au côlon sigmoïde et se termine par l’anus. Il est dépourvu de bosselures et présente de haut en bas deux portions: l’une dilatée est l’ampoule rectale, l’autre, le canal anal, plus étroit.
- l’anus qui est muni d’un système musculaire très développé, disposé en un sphincter strié.

 

Les annexes au tube digestif :

 

Glandes salivaires

A l’échelle anatomique, il existe trois paires de glandes salivaires.
L’examen microscopique révèle en outre la présence de nombreuses petites glandes réparties sur toute la surface de la cavité buccale.
Elles déversent dans la bouche leur sécrétion appelée salive à raison de 1000 à 1500 ml par jour.

a) La parotide
La glande parotide est située au-devant de la mastoïde, en arrière de la branche montante de la mandibule et en-dessous du rocher temporal. Elle est de forme triangulaire. C'est la plus grosse des glandes salivaires, elle pèse 25 grammes. Elle est traversée par l’artère carotide externe, la veine jugulaire et par les divisions du nerf facial.
Le canal excréteur ou canal de Sténon se dirige vers l’avant pour s’ouvrir dans la bouche en regard de la première molaire supérieure.
b) La sous-maxillaire
La glande sous-maxillaire est située contre la face interne du maxillaire inférieur, au-dessus de la ligne mylo-hyoïdienne. Son poids est d'environ 7 grammes. Son canal de Wharton, se porte en avant et en dedans et se termine près du frein de la langue, au niveau du plancher buccal.

c) La sublinguale
La glande sublinguale est la plus petite des glandes salivaires. Elle se situe sous la langue. Son poids est de 3 grammes environ. Elle est séparée de la sous-maxillaire par un muscle. Elle présente une dizaine de petits canaux excréteurs ou canaux de Walther, qui s’ouvrent directement dans la cavité buccale.

Le foie

 

Le foie est le plus volumineux des viscères. Il pèse en lui-même 1,5 kg, auquel il faut ajouter environ 0,5 kg de sang chez le vivant. Sa surface est lisse et brunâtre. Il est situé en arrière des côtes, sous la partie droite du diaphragme, mais déborde vers la gauche, recouvrant presque totalement l'estomac. Il est composé de 4 lobes et reçoit un apport sanguin important
On appelle hépatite l'inflammation du foie (le plus souvent causée par un virus, ou une agression par un toxique) et cirrhose une inflammation chronique et progressive (souvent causée par l'alcoolisme ou une infection chronique).

La face inférieure contient dans sa partie antérieure la vésicule biliaire et dans sa partie postérieure la veine cave inférieure.

Le sillon gauche contient le ligament rond, l’ancienne veine ombilicale oblitérée et fibrosée. En arrière se trouve le canal veineux d’Arantius, qui est lui aussi un vestige de la circulation foetale.

Le sillon transversal contient l’artère hépatique et la veine porte. Il constitue le hile du foie.

Le foie est entouré par une capsule fibreuse qui pénètre à l’intérieur de l’organe en accompagnant les vaisseaux, les canaux et les nerfs. C’est la capsule de Glisson.
Le sang de la circulation fonctionnelle (intestinale) est amené par la veine porte. Il traverse ensuite le lobule et il quitte le foie par les veines sus-hépatiques, qui rejoignent la veine cave inférieure.
La circulation nourricière du foie est assurée par l’artère hépatique.
La bile est secrétée par les cellules des lobes hépatiques. Elle est ensuite drainée les voies biliaires intra-hépatiques puis extra-hépatiques pour se déverser dans le duodénum.
Rôle du foie

Le foie est d'une très grande importance pour l'organisme : il remplit de multiples fonctions métaboliques dont en voici quelques-unes :

Il transforme presque tous les nutriments absorbés par le tube digestif,

Il joue un rôle dans la régulation du taux plasmatique de cholestérol,

Il synthétise les protéines plasmatiques,

Il participe à la régulation de la glycémie,

Il emmagasine certaines vitamines,

Il effectue la détoxication de plusieurs substances qui peuvent être présentes dans le sang (alcool, médicaments, etc.),

Il transforme certains produits afin qu'ils puissent être excrétés par les reins,

Il forme les lipoprotéines nécessaires pour le transport des lipides dans le sang,
Etc.

Cependant, il n'a qu'une seule fonction digestive qui est la production de bile qui sera déversée dans le tube digestif par les voies biliaires.

 

Voies biliaires extra hépatiques

Les voies biliaires extra-hépatiques sont constituées par le canal hépatique, la vésicule, le canal cystique et le cholédoque.
Le canal hépatique donne naissance à une dérivation, le canal cystique qui se jette dans la vésicule biliaire.

La vésicule biliaire est un sac en forme de poire d’environ 7 cm de longueur.

La contraction de ces cellules par stimulation hormonale expulse le contenu de la vésicule biliaire dans le canal cystique.

Le canal cholédoque continue le canal hépatique au-delà de l’abouchement du canal cystique et forme avec lui la voie biliaire principale. La voie biliaire principale se termine dans l’ampoule de Vater au niveau D2 (2ème partie du duodénum). A ce niveau existe un anneau musculaire lisse, le sphincter d’Oddi.

 

Le pancréas

Le pancréas est une volumineuse glande solidaire du duodénum dans lequel il déverse ses secrétions. Il comprend:
- une tête inscrite dans le cadre duodénal,
- un corps situé derrière l’estomac et relié à la tête par le col ou isthme. La dernière portion ou
- une queue qui prolonge le corps au-delà de l’estomac et peut atteindre la rate.

Le canal excréteur ou canal de Wirsung rejoint le cholédoque au niveau de l’ampoule de Vater.

Il existe un second canal accessoire, le canal de Santorini. Il aboutit dans le duodénum un peu au-dessus du précédent.

Le parenchyme pancréatique est constitué en majeure partie d’acini et d’un système canalaire formé de canaux excréteurs.
Entre les acini se trouvent des amas de cellules endocrines groupées en « îlots de Langerhans ». Ces cellules contiennent de fines granulations, les cellules bêta, qui sécrètent l’insuline et les cellules alpha, qui produisent le glucagon.

18:38 Écrit par Dr CD dans Anatomie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : anatomie, tube digestif |  Facebook |

11/06/2008

Appareil respiratoire

Vue globale :

Appareilrespiratoire

Fonction :

Les organes :

Vocabulaire :

21:48 Écrit par Dr CD dans Anatomie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : anatomie, respiration |  Facebook |

27/05/2008

Les muscles

(en cours de rédaction)

17:33 Écrit par Dr CD dans Anatomie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : anatomie, cours |  Facebook |

Le système nerveux (en cours de rédaction)

 

17:32 Écrit par Dr CD dans Anatomie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : anatomie, cours, systeme nerveux |  Facebook |

Les mouvements (en cours de rédaction)

Les articulations permettent des mouvements. Ces derniers portent des noms spécifiques :
- flexion
- extension
- hyperextension
- abduction
- adduction
- rotation
- inversion
- éversion
- dorsiflexion
- flexion plantaire
- supination
- pronation
- élévation
- abaissement

17:31 Écrit par Dr CD dans Anatomie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cours, anatomie |  Facebook |

Le squelette

Le squelette est composé de 206 os de différents types (plats, longs, courts, irréguliers).

Les os sont reliés entre eux par des ligaments.

Les articulations sont des points d’union entre deux os qui permettent les mouvements.

Fonctions du squelette :

-         soutien

-         protection

-         mouvement

-         production des cellules sanguines (= hématopoïèse dans la mœlle osseuse)

-         stock de sels minéraux

Remarque :

- tissus sensibles aux infections (attention fracture dite ouverte et risque d’infection)

On le divise en 2 parties :

- le squelette axial

- le squelette appendiculaire

 Le squelette axial
  1. La tête
    i.      Le crâne protège l’encéphale
    ii.      Les os de la face 
  2. Les sinus sont des cavités situées dans les os de la tête qui communiquent avec les fosses nasales.
  3. La colonne vertébrale
    i.      Elle constitue, avec, le sternum et les cotes, le squelette du tronc.
    ii.      Vertèbres : 7 cervicales, 12 dorsales, 5 lombaires, sacrum et coccyx
    iii.      Courbures : cyphose (dorsale) et lordose (cervicale et lombaire)
  4. Le thorax
    i.      Les cotes
    ii.      Le sternum
    iii.      Protège les organes contenus dans la cavité thoracique
  5. L’os hyoïde, en forme de U. Il soutient les muscles de la langue et se fracture en cas de strangulation.

  6. Remarque :
    i.      Notion capitale dans l’optique du respect de l’axe « tête – cou – tronc » du patient traumatisé.
  7. Le squelette appendiculaire
    1. Ceinture scapulaire (épaule)
      i.      Clavicule
      ii.      Omoplate 
    2. Membre supérieur
      i.      Humérus
      ii.      Radius (du côté du pouce cf 2 syllabes comme 2 phalanges au pouce)
      iii.      Cubitus  (du côté du petit doigt, cf 3 syllabes cô 3 phalanges au 5ème )
      iv.      Carpe, métacarpe et phalanges
    3. Ceinture pelvienne (Bassin)
      i.      Os iliaque (ilion, ischion, pubis)
      ii.      Sacrum
      iii. coccyx
       
    1. Membre inférieur
      i.      Fémur
      ii.      Rotule
      iii.      Tibia
      iv.      Péroné
      v.
            Tarse, métatarse, phalanges

17:26 Écrit par Dr CD dans Anatomie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cours, anatomie, os |  Facebook |

24/05/2008

Introduction à l'anatomie et à la physiologie

lecon-d-anatomie

Il est important pour l’ambulancier de connaître comment est constitué le corps humain ainsi que son mode de fonctionnement.


215_14_15

Ces notions de base serviront de squelette à la construction de votre savoir sur le corps humain et ses dysfonctionnements dans le cadre des urgences pré-hospitalières.

 



Définitions : 

Anatomie : étude des structures et des liens qui existent entre elles.

Physiologie : étude du fonctionnement des structures corporelles.

 Niveaux d’organisation :


Le corps humain comprend plusieurs niveaux d’organisation structurale :
- chimique
- cellulaire : unité structurale et fonctionnelle de base de l’organisme (ex : neurone, myocyte, hépatocyte, …)
- tissulaire : composé de groupes de cellules spécialisées et de leur substance intercellulaire qui effectuent certaines fonctions particulières. (ex : tissu musculaire, tissu osseux, …)
- organique : structure composée de plusieurs tissus différents et possédant des formes et des fonctions définies (ex : cœur, cerveau, poumon, …)
- systémique : groupement d’organes ayant une structure analogue. (ex : système nerveux, système respiratoire, ..)
- organisme : ensemble des systèmes et des appareils intégrés sur le plan structural et fonctionnel.
L’ensemble est bien plus que la somme des éléments (synergie)
organisation organisme3








Les principaux systèmes du corps humain : 

-         l’appareil locomoteur (os, squelette, muscles)

-         le système nerveux

-         le système respiratoire

-         le système cardio-vasculaire

-         le système endocrinien

-         le système immunitaire

-         le système digestif

-         le système urinaire

-         le système reproducteur

-         les appareils tégumentaires (peau, phanères)

 La position anatomique :


Qualificatif







Les termes courants pour la description des régions du corps humain




Les plans et les coupes anatomiques :
Le plan HORIZONTAL (axes transverse Z et sagittal X) divise le corps en deux parties, supérieure et inférieure, de poids identiques.
Le plan SAGITTAL (axes vertical Y et sagittal X) divise le corps en deux parties, droite et gauche, de poids identiques.
Le plan FRONTAL (axes vertical Y et transverse Z) divise le corps en deux parties, antérieure et postérieure, de poids identiques.
troisplans







Les cavités corporelles :

-         Les cavités sont des espaces situés dans le corps et contenant les organes

-         La cavité thoracique contient

o       Les 2 cavités pleurales (avec les poumons)

o       La cavité péricardique (avec le cœur)

o       Le médiastin

§         Les gros vaisseaux

§         La trachée et les bronches

§         L’oesophage

-         La cavité abdomino-pelvienne

o       séparée de la cavité thoracique par le diaphragme

o       Les organes de la cavité abdominale : estomac, duodénum, intestin grêle, colon, foie , vésicule biliaire, pancréas, rate, les reins,

o       Cavité pelvienne : les organes génitaux, la vessie, le colon sigmoïde, le rectum

-         La cavité crânienne et le canal rachidien contiennent respectivement l’encéphale et la moëlle épinière et les racines des nerfs rachidiens.

L’homéostasie :

-         L’homéostasie est un état dans lequel le milieu intérieur du corps demeure relativement  constant, aux points de vue de la composition chimique, de la température et de la pression.

-         Tous les systèmes et appareils corporels tentent de maintenir l’homéostasie.

-         L’homéostasie est réglée principalement par les systèmes nerveux et endocrinien.

-         Le stress est un stimulus externe ou interne qui provoque des modifications du milieu interne. L’organisme tente alors de contrebalancer les effets de ce stress et de rétablir l’équilibre du milieu intérieur.

10:54 Écrit par Dr CD dans Anatomie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cours, anatomie |  Facebook |