29/11/2009

Grippe : Mutation virus A/ H1N1

Plusieurs pays ont signalé des mutations du virus de la grippe A (H1N1).
Ces mutations sont de deux types: celles qui entraînent une résistance au Tamiflu et celles qui modifient l'hémagglutinine, une protéine de la surface du virus.

La mutation, connue comme étant D222G sur le domaine de liaison du récepteur, permet au virus de se reproduire plus profondément dans les poumons. Cette mutation permet au virus de se lier à des récepteurs dans des cellules tapissant les poumons, qui sont légèrement différentes de celles situées dans le nez et la gorge. (NB : changement au domaine de liaison du récepteur identifié dans des échantillons de 1918 et 1919.)

La virulence du virus est donc plus grande.

Cette mutation ne remet pas en cause l’intérêt du vaccin.

Rem : la mutation en HA, en position 222 sur le virus pandémique correspond à la position 225 sur le H3N2 ( cela dépend quel système de référence utilisé).

10:00 Écrit par Dr CD dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amu, vaccin, grippe |  Facebook |

06/11/2009

épidémiologie des infections respiratoires

La surveillance des infections respiratoires en Belgique jusqu à cette semaine (19 au 25 octobre 2009, soit semaine 43).

grippe 2009 semaine 43

A partir de demain, samedi 9 novembre, le vaccin contre la grippe A/H1N1 sera disponible.

03/11/2009

La bronchiolite est bientôt de retour

Tout enfant de moins de 2 ans peut attraper une bronchiolite, infection virale causée le plus souvent par un virus respiratoire syncytial (ou RSV). Cette infection est très courante et souvent bénigne mais elle peut être grave chez les tout-petits.

Plus de 4.000 cas de RSV sont diagnostiqués en moyenne chaque année.

En Belgique, les infections à RSV commencent généralement à partir de la 40ème semaine de l’année, soit début octobre et s’arrêtent très souvent fin mars, à la 15ème semaine.

Le plus grand nombre de cas est observé en général à la 50ème semaine, soit mi-décembre.
En 2008, l’augmentation a commencé 2 semaines plus tôt que précédemment, soit à la semaine 38 et le nombre maximum de cas a aussi été observé 2 semaines plus tôt, soit à la semaine 48.

Les symptômes :

La maladie commence le plus souvent par le nez qui coule, une toux sèche et une fièvre modérée.
D'autres signes tels le refus de s'alimenter, une grande pâleur, de l'agitation, voir même une cyanose des extrémités (signe de gravité) peuvent aussi se manifester.
Dans les jours qui suivent, la toux augmente, devient productive et les signes de difficulté respiratoire peuvent apparaître suite à l'accumulation de sécrétions dans les bronchioles. L'expiration sifflante est un signe caractéristique de la bronchiolite chez le nourrisson.
Les symptômes vont progressivement s'amender dans la semaine qui suit le début de l'infection mais la toux peut persister plusieurs semaines.
Durant la première infection à RSV, entre 25 et 40% des enfants ont des symptômes de bronchiolite et parmi ceux-ci, 0,5 à 2% présentent une infection sévère nécessitant une hospitalisation. Lors d'une seconde infection, les symptômes sont généralement moins sévères.
Comme pour toute infection virale, une infection à RSV peut causer un affaiblissement du système immunitaire et favoriser le développement d'une surinfection virale ou bactérienne, accompagnée de fièvre élevée.

Contagion :

Ce sont les adultes malades (rhume) qui contaminent les petits (< 2 ans). Alors, avant d’approcher un petit ange, on se lave les mains au minimum et si on est malade : ne pas s’approcher !!!!, ne pas l’embrasser.

Ce virus est porté soit par des gouttelettes de salive, émises en éternuant ou en toussant, soit par des poussières en suspension dans l'air. Il se répand par voie aérienne, par contact direct avec une personne infectée ou par contact indirect avec une surface ou un objet contaminé.
Il pénètre dans le corps au travers des muqueuses de la bouche ou du nez.
La transmission se fait principalement au tout début de l'infection. Le virus résiste quelques heures à température ambiante.

Conduite à tenir : en cas d’intervention

-       Soyez professionnels

-       Se laver les mains

-       Garder l’enfant plutôt en position assise ou semi-assise

-       Maintenir l’ambulance bien chauffée

-       Réconforter les parents par des mots et votre comportement

-       Pulse-oxymètre au pied, dans une chaussette éventuellement

-       Oxygène au besoin

-       Faire prendre la température de l’enfant par la maman.

Conseils pour les proches :

-       se laver les mains avant et après s'être occupé d'un enfant malade (le savon suffit à inactiver le virus),

-       éviter de fréquenter des lieux enfumés ou de fumer en présence d'un bébé,

-        éviter d'employer la tasse, le verre ou les couverts d'un enfant malade, ou de mettre en bouche sa tétine,

-       éviter de faire dormir dans la même chambre un enfant 'sain' et un enfant malade,

-       éviter de sortir un bébé de moins de 2 mois dans des lieux fort fréquentés,

-       pour les frères et sœurs enrhumés, éviter d'embrasser bébé,

-       ne pas laisser traîner des mouchoirs souillés (préférer les mouchoirs en papier),

-       dépoussiérer la chambre régulièrement; en effet, les poussières à l'abri de la lumière peuvent contenir des amas microbiens pathogènes pendant plusieurs jours,

-       ouvrir les rideaux de la chambre pendant la journée car la lumière solaire est bactéricide, même au travers d'une vitre de verre,

-       aérer quotidiennement la chambre de l'enfant et maintenir une température inférieure à 19°C,

 

02/11/2009

Grippe : vaccin

Ambulanciers, vaccinez-vous !

Pourquoi ?

1° vous protéger face à la grippe. On est vraiment malade pendant 7 à 10 jours, et personne n'est à l'abri d'une complication (sinusite, bronchite, pneumonie bactérienne, syndrome de Guillain-Barré, réactivation d’un virus Herpès – bouton de fièvre, zona - ou autre) ;

2° éviter de propager la grippe autour de vous, tant vos proches (vos enfants, votre conjoint, vos petits-enfants), vos collègues de travail que vos patients ;

3° les patients faisant appel à l’Aide Médicale Urgente sont des patients fragilisés et souvent porteurs d’une autre pathologie qui peut décompenser suite à une infection grippale (diabète, BPCO, asthme, cardiopathie ischémique, insuffisance hépatique, immunodépression, …)

En pratique, le vaccin sera disponible chez votre médecin traitant à partir du 07 novembre 2009. Le vaccin est entièrement remboursé et la consultation médicale remboursée classiquement.

14:47 Écrit par Dr CD dans Aide médicale Urgente | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amu, vaccin, grippe |  Facebook |