01/02/2010

Tabagisme ... et sclérose latérale amyotrophique

Le tabagisme confirmé comme facteur de risque de sclérose latérale amyotrophique

Une revue de 2003 des preuves disponibles avait fortement suggéré le risque de sclérose latérale amyotrophique lié au tabagisme.
Une nouvelle revue des données médicales apparues depuis lors, destinée à déterminer ce qu’il en est aujourd’hui sur ce plan, confirme le tabagisme comme facteur de risque de SLA.

(référence: Armon C.  Neurology. 2009;73:1693).

Il y a des maladies qu'on aimerait ne jamais voir. La SLA en est une !

Alors pour ceux que toutes les campagnes de prévention ne convainc pas (cancer du poumon, ORL, vessie, maladies cardiovasculaires, BPCO, ...).
Les maladies neuro-dégénératives sont difficiles à vivre pour le patient et son entourage.


1 paquet par jour = +/- 1700 € par an. Par ces temps difficiles sur le plan économique, c'est plus que bon à prendre !! sauf si on en a de trop, bien sûr.

18:25 Écrit par Dr CD dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tabac, prevention |  Facebook |

31/10/2008

Pourquoi ne pas fumer en intervention ?

Depuis peu (…), la loi interdit depuis le 01/01/2006 de fumer dans les locaux et véhicule dans le cadre du travail.

Il va de soi que l’on ne fume pas dans une ambulance.

 

Le tabagisme actif (celui qui fume) comme passif (celui qui respire la fumée de la cigarette du fumeur) tue. Fumer, c’est mettre sa vie et celle des autres en danger.

 

Le tabac n’étant pas bon pour la santé, il est inconcevable qu’un professionnel de la santé expose son patient à la cigarette ! Et un ambulancier qui sent la cigarette ne fait pas bonne impression.

 

Il en va aussi de l’image de marque de l’ambulancier. La population ne fait pas de distinction, un pompier est un pompier et un ambulancier est un ambulancier.  Il suffit d’un fruit gâté dans le panier pour ternir l’image de toutes les autres.

L’image d’Epinal du pompier « fumeur et alcoolique » est révolue. Il reste quelques exemplaires, mais ils sont en voie de disparition. Et heureusement.

Un récent sondage, affiché avec fierté par la FRCSPB, montre que les belges ont confiance en leurs pompiers. Normal, ils sont là pour les aider et les sauver dans les moments de détresse … Il ne faut donc pas croire que tout est gagné de ce côté-là.
Notre image se travaille au quotidien par un comportement exemplaire et digne de confaince  en toutes circonstances (professionnelles et privées).

 

De plus, pour être apte médicalement à exercer, il faut être en bonne condition physique afin de pouvoir aider efficacement le patient et son collègue avec lequel on travaille au quotidien.

Le tabac abîme vos poumons et vous intoxique chronique notamment au CO (monoxyde de carbone), ce qui limite vos capacités respiratoires et votre aptitude à réaliser un effort.

Les maladies respiratoires handicapent aussi la vie à partir d’un certain moment : bronchite chromique, emphysème, …

 

La limitation des capacités physiques est un des éléments prépondérant dans les échecs au niveau de la sélection médicale au travers de la mesure de la consommation maximale en oxygène (VO2 max). Ce dernier est un excellent indicateur de la performance potentielle dans les épreuves d'endurance.

 

Le tabagisme nuit à votre propre santé. Facteur de risque pour de nombreux cancers (poumons, vessie, gorge, …), c’est aussi un facteur de risque indépendant pour les maladies cardio-vasculaires (accident vasculaire cérébral, infarctus du myocarde et hypertension artérielle en particulier).

L’insuffisance respiratoire, l’HTA mal contrôlée et la cardiopathie ischémique sont des éléments qui vous rendent inaptes à la pratique de votre profession !

 

En outres, la profession d’ambulancier et de pompier est très stressante de par les situations souvent catastrophiques rencontrées (décès, détresse humaine ou sociale, etc).

Stress, tabac, hypertension, obésité sont tous des facteurs prédisposant majeurs à faire un infarctus.

Évènement qui arrive malheureusement très souvent chez les pompiers de 60 à 70 ans.

 

J’allais oublier votre pouvoir d’achat. Cela de vient un luxe de fumer par les temps qui courent. Si fumer permet de vous relaxer, épargner le prix de vos cigarettes et vous partirez en vacances bien plus relaxantes que de la fumée …

 

Solutions :

1 . ne jamais commencer

2. trouver une bonne motivation

3. des aides médicales existent pour vous aider dans le sevrage et vous expliquer les remous dans votre santé suite à l’arrêt de la cigarette pendant quelques mois (risque de prise de poids, d’infection des voies aériennes supérieures) qui ne sont rien à côté des bénéfices de l’arrêt complet du tabagisme.

10:26 Écrit par Dr CD dans Aide médicale Urgente | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tabac, securite, qualite, amu |  Facebook |